En toute tranquillité et confiance que soit votre transaction
immobilière ou le prêt hypothécaire
Wahab-Al-Emran Chowdhury
Courtier immobilier hypothècaire
tel. (514) 575-2312
E-mail
Nos propriétés

Bon début d’année sur le marché immobilier résidentiel montréalais

L’Île-des-Sœurs, le 13 avril 2017 — La Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers.


Ainsi, 11 138 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du premier trimestre de 2017, soit une hausse de 6 % par rapport à la même période en 2016.


Voici les principales statistiques du premier trimestre de 2017, comparées à celles de la même période en 2016. Ventes


 Avec 11 138 transactions conclues, le marché immobilier résidentiel de la RMR de Montréal a poursuivi son envolée en enregistrant son meilleur résultat quant à l’activité pour un premier trimestre en cinq ans. Il s’agit également d’une 11e augmentation trimestrielle consécutive.


 La copropriété a affiché la plus forte croissance des ventes parmi les trois catégories de propriétés, avec un bond de 14 %.  Les ventes de maisons unifamiliales ont pour leur part connu une augmentation plus modeste de 2 %, alors que celles de plex (2 à 5 logements) sont demeurées stables par rapport à un an plus tôt.


 Tous les principaux secteurs géographiques ont enregistré une hausse d’activité : Vaudreuil-Soulanges (+9 %) et l’île de Montréal (+8 %) ont connu les plus fortes augmentations à ce chapitre, suivies de la RiveNord (+7 %), de Laval (+3 %) et de la Rive-Sud (+1 %). « Les résidences haut de gamme sont demeurées en demande en ce début d’année dans le marché montréalais, alors que les ventes de propriétés de 500 000 $ et plus ont bondi de 22 % par rapport à la même période en 2016 », note Daniel Dagenais, président du conseil d’administration de la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM). « Depuis 11 trimestres, ce segment affiche une meilleure performance que l’ensemble du marché », ajoute-t-il.


Prix


 Les maisons unifamiliales (300 000 $) et les copropriétés (240 000 $) ont enregistré des progressions respectives de leur prix médian de 5 % et de 4 %, tandis qu’une légère hausse de 1 % a été observée pour les petits immeubles locatifs (461 000 $).


 Le prix médian des unifamiliales s’est élevé de 9 % sur l’île de Montréal (429 000 $), ce qui représente la plus forte croissance parmi les principaux secteurs de la RMR et le meilleur résultat à ce chapitre en près de six ans.


 La Rive-Sud s’est également démarquée au premier trimestre, alors que le prix médian des copropriétés y a progressé de 5 %, à 204 000 $. Inscriptions en vigueur


 Les inscriptions en vigueur ont reculé pour un sixième trimestre consécutif, avec 29 629 propriétés à vendre dans la RMR de Montréal, soit 13 % de moins qu’à la même période en 2016.


 L’offre de maisons unifamiliales et de plex a diminué de 18 % et de 15 % respectivement, tandis que celle de copropriétés s’est repliée de 8 % par rapport à l’année dernière. Ventes résidentielles au Québec : meilleur début d’année en cinq ans La Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la province de Québec établies d’après la base de données provinciale Centris® des courtiers immobiliers. Ainsi, 21 494 ventes ont été réalisées de janvier à mars, soit une augmentation de 6 % par rapport à la même période en 2016.


Il s’agit d’un 11e trimestre consécutif de hausses et également du meilleur début d’année depuis 2012. « C’est en dépit des resserrements hypothécaires en vigueur depuis l’automne que l’année 2017 a démarré de belle façon », souligne Paul Cardinal, directeur du service Analyse du marché de la FCIQ. « La vigueur exceptionnelle du marché de l’emploi et la hausse marquée du solde migratoire l’an dernier ont stimulé la demande d’habitations », ajoute-t-il. Cliquez ici pour consulter les principales statistiques résidentielles de la province de Québec.


Voici les autres principaux faits saillants du premier trimestre de 2017 :


Ventes


 La copropriété a connu un excellent trimestre, alors que les 4 660 transactions conclues représentent une augmentation de 13 % par rapport au premier trimestre de 2016.  Les ventes d’unifamiliales et de plex ont pour leur part crû respectivement de 5 % (15 081 transactions) et de 3 % (1 660 transactions).


 Sur le plan géographique, la région métropolitaine de recensement (RMR) de Gatineau s’est nettement démarquée avec une augmentation considérable des ventes de 19 %. Les autres RMR ont toutes connu des hausses d’activité (Saguenay [+7 %], Montréal [+6 %], Québec [+5 %] et Sherbrooke [+4 %]) à l’exception de celle de Trois-Rivières (-3 %).


 Plusieurs plus petits centres urbains ont enregistré un bond important du nombre de transactions par rapport au premier trimestre de 2016, dont Sept-Îles (+55 %), Mont-Tremblant (+49 %), Saint-Georges (+47 %), Rivière-du-Loup (+36 %) et Rouyn-Noranda (+31 %).


Prix  Le prix médian d’une maison unifamiliale a atteint 240 000 $ au Québec durant les trois premiers mois de l’année. Il s’agit d’une croissance de 3 % sur un an.


 Bien que cette hausse des prix demeure relativement modeste, elle représente néanmoins, en rythme annuel, la plus forte progression en près de cinq ans.


 Les RMR de Sherbrooke (+9 %), Gatineau (+7 %) et Montréal (+5 %) ont affiché les augmentations les plus importantes du prix médian des unifamiliales. La tendance baissière du nombre de propriétés résidentielles à vendre au Québec, amorcée en 2016, s’est poursuivie. De janvier à mars 2017, on comptait en moyenne 75 156 inscriptions en vigueur sur le système Centris® des courtiers immobiliers, ce qui représente une diminution de 9 % comparativement au premier trimestre de 2016. Finalement, au premier trimestre de 2017, le délai de vente moyen s’est replié pour la toute première fois en un peu plus de six ans.


À l’échelle provinciale, il fallait compter en moyenne 118 jours (-3 jours) pour vendre une propriété résidentielle, toutes catégories confondues. À propos de la Chambre immobilière du Grand Montréal La Chambre immobilière du Grand Montréal est une association à but non lucratif qui compte plus de 9 000 membres, courtiers immobiliers. Sa mission est de promouvoir et de protéger activement les intérêts professionnels et d’affaires de ses membres afin qu’ils accomplissent avec succès leurs objectifs d’affaires.


À propos de la Fédération des chambres immobilières du Québec


La Fédération des chambres immobilières du Québec est une association à but non lucratif regroupant les 12 chambres immobilières de la province, de même que près de 13 000 courtiers immobiliers membres. Sa mission est de soutenir les chambres immobilières du Québec dans le but de défendre, protéger et promouvoir les intérêts des courtiers immobiliers en offrant des services en matière de pratiques professionnelles, d’affaires publiques et d’analyse de marché. La FCIQ est guidée par une approche axée sur la collaboration et le partage des ressources.


À propos de Centris®


Centris.ca est le site Web de l’industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec – plus de 100 000 – sont réunies à la même adresse. Centris® est une division de la Chambre immobilière du Grand Montréal qui offre exclusivement aux 12 chambres immobilières québécoises et à leurs 13 000 courtiers immobiliers des ressources technologiques.


Renseignements :


Manon Stébenne Directrice des communications et des relations publiques


Chambre immobilière du Grand Montréal


Tél. : 514 762-2440, poste 157


manon.stebenne@cigm.qc.ca


Nathalie Rochette Directrice adjointe,


Communications et relations publiques Chambre immobilière du Grand Montréal


Tél. : 514 762-2440, poste 238


nathalie.rochette@cigm.qc.ca